Les propos odieux

Le maire « vert »  de la commune de Colombes s’est illustré comme un « bleu »  par une déclaration  prouvant son ignorance historique digne d’un zéro dans un collège.

La norme des valeurs Républicaines veut qu’une commémoration de cette envergure ne soit pas utilisée à  des fins bassement politiciennes.

Ce que ne sait pas M.CHAIMOVITCH, c’est que les 13 000 personnes d’origine juive arrêtées lors de la Rafle du Vel d’Hiv de Paris, devaient être trois fois plus nombreuses et avoisiner les 39 000 …

Pourquoi un tel  déficit ? Parce que les policiers parisiens  n’ont  pas montré de  zèle,  au  contraire. Certains disaient aux personnes contactées; « Nous repasserons dans deux heures… » Les personnes comprenaient  avoir ce laps de temps pour se sauver…

Cela ne retire rien au fait criminel d’une telle rafle avec vieillards, femmes, enfants, presque 13 000.  Qui l’a demandée ? L’occupant avec ses idées raciales  allant jusqu’à vouloir exterminer des peuples en entier, soit des génocides…

On ne connaissait pas à cette époque la destination de ces malheureux vers la solution finale définie par la rencontre de la conférence dite de Wannsée, au 54 et 56 de cette rue à  Berlin et sous l’égide du terrible chef SS Reinhart HEYDRICH, qui sera  tué par des Résistants. On parlait de camps de travail…

A cette époque, la France était occupée par les nazis, avec  Gestapo, Feldgendarmerie, Sipo, la SS.  Tout le « Gross Paris »,  toute la Seine de cette époque, prise dans la tenaille des troupes allemandes et des services secrets comme l’Abwehr qui traquaient Résistants, Maquisards,  Communistes,  Juifs et  Francs-Maçons.

A Nancy, le service des étrangers  de la Police reçoit un appel téléphonique  de Paris annonçant une rafle de familles juives essentiellement en vieille ville de NANCY.

Ce service, dirigé par le secrétaire principal VIGNERON, en totale coopération avec ses inspecteurs, vont prévenir la veille de la rafle l’ensemble des familles concernées, car ce service détient un fichier à jour. Ils vont donner de  » vrais faux  » papiers, accompagner certaines familles en gare de NANCY, avec des points de chute prévus pour les recevoir.

Cela au risque d’être condamnés à mort par l’occupant, qui attendait  autour de 320 à 340  personnes  raflées…

Selon M. Pierre MARIE, seulement  18 personnes seront arrêtées. Les allemands sont furieux et arrêtent immédiatement  M. VIGNERON est  incarcéré à Charles III, la  prison de NANCY.

Envoyé sur Paris pour y être jugé et condamné, les nazis vont se rendre compte que cela ferait  une forte publicité à cette rébellion administrative, pouvant  donner des idées à d’autres fonctionnaires pour faire pareillement.

Il n’y aura donc  aucun jugement, ce qui sauvera la vie de VIGNERON, réintégré dans la police à la libération et nommé « Juste parmi les Nations  » à Yad Vashem  de Jérusalem, avec plusieurs de ses collègues.

Mais le maire de Colombes sait-il tout cela ? Etre élu ne permet pas, au contraire, de tenir n’importe quel propos.

Il est souhaitable que la Justice se prononce, car comparer la police actuelle à celle de Vichy est aggravé par la qualité élective de celui qui a osé publiquement le faire. Les migrants interpellés dans le strict respect des lois, ne sont pas conduits vers des chambres à gaz ! Quelle honte de devoir dire des choses tellement à l’écart des réalités actuelles!

La France actuelle n’a pas son gouvernement à Vichy….

Pour le bureau de la section 54-88 de l’U.N.R.P., le vice président,

Dominique BAGUET.