Les relais de poste

LES RELAIS DE POSTE EN FRANCE.

Vous vous souvenez du petit article citant « Au lion  d’or » pour les hôtels ayant un lit où l’on dort, et  » Au soleil d’or », pour ceux où l’on dort par terre, paru dans un numéro précédent. Ces hôtels se trouvent toujours à l’endroit d’un ancien relais de poste comme à Toul, endroits parfois encore utilisés comme Gare de Bus. Ces hôtels sont aussi  des restaurants  comparables aux  « routiers «.

Le roi Louis XI est connu pour être peu sympathique. Mais on ignore qu’il est à l’origine d’une poste régulière, avec des routes entretenues…

Comme la plupart des monarques, il avait un cabinet noir qui lisait les courriers de la cour et de sa noblesse. Pour faciliter le travail de ses agents de renseignement, il organise un  réseau postal dans tout son royaume.

Des routes existent depuis l’occupation romaine, les fameuses   » voies romaines « ,  comme  la Via Domitia en Languedoc. Elles  sont des axes majeurs  stratégiques militairement, comme le seront en Allemagne les autoroutes pour favoriser les véhicules de la Wehrmacht.

Les voyageurs sur les voies  devenues avec le temps « gallo-romaines  « , à certaines fontaines, demandaient la protection des dieux en jetant une pièce dans l’eau. On a retrouvé il y a une cinquantaine  d’années  en réparant  un  abreuvoir, une fontaine initiale pleine de pièces d’or et d’argent…Cette fontaine se trouvait  à un carrefour de  Martincourt, sur la Via Trévirensis , allant de la villa  Scarpona au nord de NANCY via Metz,  à Trèves en Allemagne. Une partie de ces pièces est visible au Musée lorrain. Le point de départ de cette voie était Lugdunum (Lyon)

 A trois kilomètres de cette fontaine, sur la  même voie romaine, on trouve une maison abandonnée qui fût occupée par les Templiers, lesquels sauront  utiliser ces voies pour faire prospérer leurs affaires. Une pierre portant leur croix est visible sur la façade. De même, les voies romaines serviront aux commerçants  venant des Flandres et allant aux foires de Champagne, dont on a remarqué que les monnaies utilisées provenaient de toute l’Europe continentale. Les Etats battant monnaie avaient la bonne idée de fabriquer des pièces de poids comparables. Le commerçant n’avait pas à calculer en fonction de l’origine, mais du seul poids d’une pièce en or, argent ou bronze.

L’idée de Louis XI est d’aller vite, les chevaux changés tous les 20 à 25  kilomètres. Certains courriers urgents seront acheminés par un cavalier seul  et au galop. Autrement, un véhicule à quatre roues  et trois chevaux, à horaires réguliers, fera le trajet. En cas de retard, on  craint un accident .D’autant que des passagers s’ajoutent aux lettres et colis rangés dans une malle fermée à clef.

 Bien sûr, ce que l’on appellera la « malle poste », deviendra  » malle coach » et  » mail  post  » en anglais, (qui donnera « mailing ») et attirera les bandits comme actuellement les véhicules de transferts de fonds.

Le maillage de la France est aussi une  autre forme de l’explication au surnom donné au roi Louis XI :  »  L’universelle arâgne », soit   « l’universelle araignée  » qui tisse ses toiles …

« L’affaire du courrier de Lyon », qui a fait l’objet d’une émission  historique télévisée  en 1963, mais aussi d’un film en noir et blanc en 1937,  et de deux autres avant  mais muets , relate le vol et le massacre du postillon et du garde de la malle en avril 1796 , sur le trajet entre Paris et Lyon, peu après Paris. L’affaire est connue pour avoir été l’objet d’une magistrale erreur judiciaire, faisant guillotiner un certain Lesurques sur témoignage de deux femmes, dont l’une reconnaîtra plus tard le véritable coupable. Les deux se ressemblaient beaucoup…Le butin était de 80 000 livres en monnaie et de 7 millions en assignats.

L’affaire Lesurques est toujours citée comme exemple de  l’erreur judiciaire justifiant  l’abolition de la peine de mort.

Puis, vu l’ampleur des correspondances se démocratisant dès 1848, la notion de courrier va être multipliée. On verra un ministère créé pour devenir les PTT, (Postes, Télégraphe et Téléphone).

A l’origine, le destinataire payait la lettre reçue. Vraisemblablement du fait du refus de régler une lettre non désirée, on trouva plus logique  et rentable de faire payer l’expéditeur. Après l’apposition de tampons  encrés avec date et lieu  pour preuve de paiement, on inventa le timbre, qui permit à de nombreux collectionneurs de découvrir le monde entier par leur album…Longtemps, les courriers portaient  la marque d’affranchissement du lieu d’envoi, et celui de sa destination. On abandonna le tampon d’arrivée pour gagner du temps. Paradoxalement, le courrier allait vite à cette époque.

Le cocher et le postillon vont disparaître, remplacés par les trains et  même les avions; on pense alors à « Courrier Sud » de Saint-Exupéry…Mais aussi par  bateaux où une lettre mettait plus d’un mois entre Toulon et l’Indochine …

            

 

                                         Dominique BAGUET